item1
item1

Le projet HSLF

item1
item1
item1

Nouvelle page

Le projet HSLF

pourquoi ? comment ? où en est-il ?

item1
item1
item1

Chercheur invité

item1
item1
chêne 157 b

Infos

Le colloque de Montpellier

Le colloque de Paris

Les auteurs vont être prochainement contactés en vue de la mise en œuvre du projet HSLF

MAJ : décembre 2008

© : les auteurs 2005-2008

Contact

De même que sociolinguistique et linguistique se rejoignent dans l'étude des langues créoles, histoire et présent se rencontrent : il apparaît difficile de définir les créoles sans référence à leur histoire, et l'approche des statuts de ces langues, des représentations des locuteurs, comme d'ailleurs la description linguistique ne peuvent se passer de référence à la diachronie. Les perspectives offertes par les travaux sur la grammaticalisation attirent l'attention sur les évolutions considérables qui ont affecté partout ces langues depuis leurs naissances au cours des XVIIe - XVIIIe siècles des colonisations françaises. Au-delà des ressemblances structurelles souvent évoquées, peut-on encore parler de « créoles » aujourd'hui ?

 

I - Situation des créoles français

Les créoles français se situent principalement

Entre ces divers « créoles français », il existe bien entendu divers degrés de ressemblance ou de différence.

C'est en référence à l'histoire (cf. article de S. Mufwene, 1986 (1)) que sont d'abord et classiquement définies les langues créoles : langues de ceux qu'on appelle les Créoles (« noirs », « blancs », métissés) nés aux îles de parents extérieurs arrivés au cours des colonisations européennes. Cette définition souvent remise en question maintenant par les nouvelles perspectives typologiques qui s'ouvrent (y a-t-il un « type » créole qui permettrait d'opposer les langues créoles à toutes les autres - non-créoles ?) est cependant significative de l'importance accordée aux explications historiques : les phénomènes dits de « créolisation » pour les linguistes (2) caractérisent d'abord des évolutions particulières et sont donc un processus historique assez long, qui affecte des langues nées dans des conditions de contacts et de communications très particulières (contexte de la colonisation et de l'esclavage, rapports sociaux, oralité, questions de prestige/dévalorisation…). Ces définitions de la « créolisation » devraient toutefois être encore explicitées : la créolisation est-elle un processus qui affecte les créoles déjà constitués comme langues, ou qui amène des langues à devenir « créoles » ? Si c'est la deuxième solution qui est retenue - et bien qu'il importe de rappeler que l'évolution des créoles ne cesse pas pour autant le jour (si on peut le déterminer !) où ils sont vraiment « créoles » et non plus seulement un moyen de communication provisoire (que certains appellent « pidgins ») -, il faut bien reconnaître que c'est plutôt la deuxième partie de leur existence qui intéresse les linguistes : en étudiant l'évolution des créoles, à propos de laquelle s'affrontent les points de vue divers, on s'interrogera pour déterminer si les créoles évoluent comme de « vraies » langues (ce qu'ils sont bien sûr !), ou s'ils connaissent encore des évolutions spécifiques qui les isoleraient des autres langues du monde.

Si nous nous intéressons à la naissance des créoles, et beaucoup moins à celles des autres langues du monde c'est sans doute parce que ces dernières sont nées (ou qu'elles naissent) de façon beaucoup moins tumultueuse, anonymement en quelque sorte, alors que pour les créoles, le contexte de la colonisation, les souffrances liées à l'esclavage, ont amené historiens, linguistes, anthropologues à se pencher plus particulièrement sur le « berceau » de ces langues pour caractériser leur naissance. Il faut bien reconnaître que si toutes les langues évoluent et sans doute « naissent » dans le contact avec d'autres langues qui précisément sont l'occasion de leur naissance, la situation socio-historique de surgissement des créoles, avec des populations déportées, s'installant dans des lieux déserts ou peu peuplés ou dont les populations ont été vite décimées, est suffisamment particulière pour qu'on ait, tôt, proposé de regarder ces conditions comme facteurs génétiques. Le risque étant bien sûr d'hypertrophier des données qui peu ou prou se retrouvent peut-être dans toute apparition d'une nouvelle langue. Il est évident aussi que lorsque l'on regarde les évolutions ultérieures des « créoles » ainsi constitués, grande est la tentation d'en faire des langues d'un type particulier, même si les ressemblances qu'on découvre entre elles peuvent souvent être rapportées à l'ensemble des évolutions linguistiques susceptibles d'intervenir pour des langues qui au départ sont toutes profondément enracinées dans les moules « européens » et même plus particulièrement « romans », mais aussi qui sont certainement façonnées par les conditions orales de leurs développements ou encore par les situations de plurilinguisme auxquelles elles sont dès l'origine confrontées.

 

II - Evolutions des créoles

1°) Au plan de la langue

L'évolution des créoles au cours de leur histoire montre clairement qu'ils sont bien des langues autonomes, et non pas simplement la combinaison de langues diverses (3). Si plusieurs langues se sont trouvées en contact dans les débuts de la colonisation, et sans doute ont de façon complexe donné progressivement naissance à des langues nouvelles, qu'on appelle créoles, il convient de dire que les créoles ne sont pas constitués par des traits pris tels quels aux langues sources, mais, qu'à partir d'un matériau indéniablement hérité des langues sources et dont on peut retrouver la trace, ils ont su se constituer selon une solution originale, neuve, et chaque créole a ses règles propres. C'est pourquoi au lieu de voir une continuité directe entre le français du XVIIe siècle parti aux îles et les créoles, on est bien obligé de parler de « ruptures ». On souligne grâce à ce vocable précisément tout ce qui n'est pas nécessairement exactement mesurable en termes de règles, car les contacts sont tellement nombreux (cf. les diverses langues des esclaves) que les schémas évolutifs classiques tels ceux que l'on propose par exemple dans le domaine de l'évolution des langues romanes ou de l'indo-européen ne peuvent servir véritablement de modèles. Quel que soit le vocabulaire retenu pour parler de ces évolutions très particulières qui ont donné naissance aux créoles (ou qui ont marqué leurs développements) et dont tous les éléments ne sont pas connus (4), on ne peut que souligner les accidents et ruptures qui marquent les phénomènes de grammaticalisation ou de (ré)analyse - comme on les appelle parfois : ces « ruptures » sont précisément la marque d'influences et de contacts qui échappent aux schémas descriptifs classiques (qui seraient peut-être à revoir d'ailleurs pour bon nombre de langues au-delà des seules « créoles »).

Un exemple intéressant est celui du déterminant défini, présent dans la plupart des créoles français, un -la postposé (connu selon des variantes spécifiques dans chaque créole), qui est vraisemblablement issu du français renforcé « l'livre-là », l'travail-là » (5), etc. Dans cette séquence d'origine l'article défini du français, peu audible (non accentué et donc peu articulé) a été progressivement remplacé, pour marquer la détermination définie, par le seul -la. Pour le créole des Petites Antilles, ce -la qui a gardé de son origine une forte valeur déictique, a pu progressivement constituer un système nouveau qui s'est développé aussi bien dans ses caractéristiques phoniques que dans sa valeur précise. Ce -la, toujours postposé, et qui diffère de la forme française d'origine (« le…là ») du fait de tout un système d'oppositions nouvelles, a d'ailleurs pris des formes et des significations un peu différentes ici et là. On se contentera d'une évocation résumée ici qui concerne le créole de la Guadeloupe et de la Martinique (6).

Gadeloupe

Martinique

liv-la

liv-la

zozyo-la

zozyo-(l)a

famm-la

famm-lan

con-la

pon-(l)an

On voit que le martiniquais comporte quatre variantes contextuelles, selon l'environnement non vocalique/vocalique et nasal/non nasal).

La grammaticalisation progressive, selon des étapes et des rythmes différents dans l'ensemble des créoles français, implique différentes réorganisations systémiques qu'il faut examiner dans la comparaison avec les autres déterminants utilisés (pré- ou post-posés), tels que « lasa » / « tala », « sé », « an-mwen/mwen), etc..

On notera tout particulièrement, l'évolution du martiniquais qui se poursuit de nos jours avec des formes comme « tè-ya », « fimen-yan », etc. - récemment attestées, à l'oral comme à l'écrit (cf. notamment le poème de Joby Bernabé : Fanm) - ces formes ya/yan pour le défini étant attestées après voyelle palatale (i, é, è).

Ces dernières évolutions, sont, selon les lieux, soit étroitement marquées, comme en martiniquais, par le contexte linguistique, soit en train de rompre avec les contraintes contextuelles comme pour l'haïtien. Effectivement, dans ses évolutions les plus récentes, l'haïtien, à l'inverse du martiniquais, montre une tendance à la réduction des formes : après un mouvement semblable au mouvement martiniquais (sont attestées des formes comme « la/a/an/lan ou nan » en Haïti), « lan » (ou « nan ») tend maintenant curieusement à se substituer à toutes les autres formes : « liv-lan », « zozyo-lan », etc. Albert Valdman avait attiré mon attention sur ce phénomène ; j'ai pu vérifier sa présence assez régulière dans des enregistrements radiophoniques effectués en Haïti.

 

2°) Au plan sociolinguistique

Il convient de souligner au plan sociolinguistique des données en évolution quant à l'usage, aux statuts, aux représentations, des créoles etc. : ces données ont commencé à être l'objet d'analyses, notamment en terme de sécurité/insécurité linguistique. Il est bien évident que le phénomène de l'écriture des créoles - de plus en plus accepté - ainsi d'ailleurs que les usages qu'on en fait de façon plus importante dans la presse écrite ou parlée, dans la publicité, et même à l'église ou dans l'administration, ont des conséquences sur le rejet ou l'acceptation de la langue par la population. Les débats autour de l'enseignement du créole ou l'enseignement en créole, la création d'un CAPES bivalent de créole, les travaux de recherches et les thèses de plus en plus nombreuses soutenues sur les divers créoles, induisent des modifications de comportements. Si les créoles demeurent fondamentalement, au moins dans les DOM, des langues orales, sans degré véritable d'officialité, certes largement utilisées dans certaines situations de la communication quotidienne, en alternance toujours avec le français selon des règles qui elles-mêmes varient avec les classes sociales, les situations de discours, les débats suscités par les travaux que l'on mène maintenant couramment sur ces langues entraînent un intérêt renforcé : ainsi on voit se manifester des demandes de « cours de créole », aux Antilles comme en métropole, des regrets de ne pas savoir lire le créole, le désir de le transmettre à ses enfants au moins en partie - toutes attitudes qui n'étaient pas imaginables il y a trente ans.

 

Conclusion

Il est sans doute temps, ayant pris conscience de la diversité des langues créoles, à bases européennes diverses, mais même pour une même base (par exemple le français), déjà différents à leur origine (genèses séparées entre l'Océan Indien et la Caraïbe) et dont les différences s'accroissent avec le temps (plus de divergences que de convergences) de systématiser la désignation des langues créoles par leur nom spécifique, et non plus simplement comme « créole » avec une globalité plus gênante qu'autre chose. Que signifie la volonté de parler de « créoles » pour des langues aussi diverses que le martiniquais, le mauricien, le guyanais, l'haïtien…mais aussi pour le papiamento, le sranan, le jamaïcain, le gullah… et la liste s'allonge ? Certes on a pu insister sur

- Une certaine similitude de développement socio-historique,

Pour écrire à l'auteur :

hazael@up.univ-mrs.fr

 

Notes

❘❘" ❘❘"
 

Présentation du projet d'Histoire Sociale des Langues de France (HSLF)

 

L'architecture du projet HSLF

 

Le Comité Scientifique HSLF

 

Pierre Encrevé : Les droits linguistiques de l'homme et du citoyen

 

Séminaire à Paris-Sorbonne : intervention de Georg Kremnitz

 

Le projet HSLF : la phase concrète

 

Les langues de France au Salon Expolangues 2008

 

Les langues de France : Vitalité sociolinguistique et dynamiques culturelles

 

Les Actes du colloque de Montpellier

 

Le colloque de Paris-INALCO : les résumés

 

Georg Kremnitz : Le projet d'une Histoire Sociale des Langues de France : Présentation et questions de méthode

 

Gabriel Bergounioux : Histoire sociale de la linguistique, histoire de la linguistique sociale

 

Henri Boyer : Le sociolinguiste peut-il / doit-il être neutre ?

 

Marie-Christine Hazaël-Massieux : Un peu d'histoire pour comprendre structures et statuts des créoles français

 

Salem Chaker : Pour une histoire sociale du berbère en France

 

Fañch Broudic : La pratique du breton de l'Ancien Régime à nos jours : méthodologie, résultats, perpsectives

 

Jean-Michel Eloy : Permanence et résurgences des langues d'oïl contre la langue du pouvoir : quel sens social ?

 

Michel Bert : Occitan et franco-provençal dans le Massif du Pila

 

Jean-Baptiste Martin : Le laboratoire franco-provençal

 

Francis Favereau : Bref état des lieux aux confins de l'histoire sociale du breton

 

Le débat : Méthodologie et objectifs

 

Pour contacter le Comité Scientifique HSLF